Introduction
Poème 2
Poème 6
Poème 12
Mon Hiroshima
Poème pour le maté
Imprévisiblement prévisible
Mon amphétamine
Hay dia sin, hay dia con
Le Plongeon
Mon Antares
Asi es
Je suis mort
L’histoire d’un pendu ép 1
Le bourrin
Naissance d’un monstre
La place
Poème pour HIROSHIMA
Mère de la paisibilité
Subrepticement je m'éclipse
Impossible Agnosie
Monde réel
Hommage à Nietzsche
Vomissements
L’étudiante
L’impossible possible
Ma lavandière
Une île
En réponse…
Puta Vida

 

Impossible Agnosie

 

J'ai tout oublié
De cette succession infernale
De jours répétés
Couveuse d'un quotidien banal.

Me voilà vidé
De cette routine à blâmer,
Comme libéré
D'une terrible pression. Mais...

Je dois oublier
Ces relations belles et furtives,
Ces délires passés,
Ces folles espérances corrosives,

Et cela m'est dur
Car la nostalgie m'envahit
Et rend cette cure
Plutôt difficile et hardis.

Je veux oublier
Toutes ces Utopies fébriles
Qui ont enrobé
Mon esprit rêveur et fragile;

Mais je garde quand même
Dans mes entrailles d'un sombre sang
La vision suprême
D'une Terre sans aucun puissant.

Je souhaite oublier
Ses yeux foudroyants et persans,
Sa mine allégée
Et tous ses différés printemps;

Mais elle est gravée
Dans les profondeurs de mon coeur
Pour l'éternité
Comme pour apaiser mes malheurs.

Je veux oublier
Absolument tout oublier
Ce jadis gravé
Et ces péripéties passées;

Je dois oublier
Ceci, cela et plus encore
Pour pouvoir braver
Cette sérénité ce bonheur.

Il faut oublier
Absolument tout renier,
Il faut s'immerger
Dans ce Léthé pour s'imprégner

De son don puissant
Qui majestifie l'encolure
Des années coulants
De tout existant; et c'est dur.

Mais entre tes bras, 
Dans ta poitrine atténuée,
Tout ce débarras
Se métamorphose en nuée.

Serait-ce si facile
D'être par le présent dominé?
Et non, impossible,
C’est impossible d'oublier.