Introduction
Poème 2
Poème 6
Poème 12
Mon Hiroshima
Poème pour le maté
Imprévisiblement prévisible
Mon amphétamine
Hay dia sin, hay dia con
Le Plongeon
Mon Antares
Asi es
Je suis mort
L’histoire d’un pendu ép 1
Le bourrin
Naissance d’un monstre
La place
Poème pour HIROSHIMA
Mère de la paisibilité
Subrepticement je m'éclipse
Impossible Agnosie
Monde réel
Hommage à Nietzsche
Vomissements
L’étudiante
L’impossible possible
Ma lavandière
Une île
En réponse…
Puta Vida

 

Mère de la paisibilité

J'ai le souvenir d'un crépuscule saisissant
Qui offrait ses idolâtres couleurs comme une
Nuit Patagonique peut offrir, sans aucune
Difficulté, son tintement éblouissant.

J'ai le souvenir d'une façade cathodique
Qui dégueulait ses victimes par millier comme un
Poivrot dégobille, par son acte commun,
Toute sa misère sociale et sa vie de sceptique.

J'ai le souvenir d'un bruit grave et infernal
Qui contaminait mon pauvre cerveau comme un
Camion qui, de son échappement anodin,
Noircit nos nez et l'ornementation murale.

J'ai le souvenir d'instants uniques et paisibles
Qui apaisaient nos moeurs et nos esprits comme une
Mère attentive dépose sa lactique dune
Pour couper la faim de son nourrisson fébrile.