Introduction
Poème 2
Poème 6
Poème 12
Mon Hiroshima
Poème pour le maté
Imprévisiblement prévisible
Mon amphétamine
Hay dia sin, hay dia con
Le Plongeon
Mon Antares
Asi es
Je suis mort
L’histoire d’un pendu ép 1
Le bourrin
Naissance d’un monstre
La place
Poème pour HIROSHIMA
Mère de la paisibilité
Subrepticement je m'éclipse
Impossible Agnosie
Monde réel
Hommage à Nietzsche
Vomissements
L’étudiante
L’impossible possible
Ma lavandière
Une île
En réponse…
Puta Vida

 

Je suis mort

Je suis mort de troubles psychiques
Lorsque de mes yeux, inondés d'albumines,
Je contempla ses formes chimériques et divines.

Je suis mort d'un percutant tremblement
Lorsque son corps anorexique et battant
Vint palper mon coeur fragile et cassant.

Je suis mort d'une noyade incestueuse
Lorsque je m'immisça, sans aucune hésitation,
Dans ce fleuve larmoyant donateur de frissons.

Je suis mort d'une morsure vampirique
Lorsque ses lèvres, parfumées d'ambroisie,
Rependirent sur mon cou un pourpre coloris.

Je suis mort d'un arrêt cardiaque
Lorsque je faufila mon index onguleux
Or de son isocèle d'un brin calineux.

Je suis mort le dos perforé
Lorsque ses phalanges, symbole de tendresse,
Plongèrent leurs ongles à hauteur de mes fesses.

Je suis mort subitement étouffé
Lorsque j'éternisa mon langoureux baisé
Sur ses seins devenus soyeusement galbés.

Je suis mort d'une overdose de sueur
Lorsque, frottant mes nasaux sur cette sublime esquisse,
Je me fis paresseux à hauteur de ses cuisses.

Je suis mort le tympan fissuré
Lorsque son cri, ciselant l'air moiteux,
Transforma mon âme en un songe vaporeux.