Introduction
Poème 2
Poème 6
Poème 12
Mon Hiroshima
Poème pour le maté
Imprévisiblement prévisible
Mon amphétamine
Hay dia sin, hay dia con
Le Plongeon
Mon Antares
Asi es
Je suis mort
L’histoire d’un pendu ép 1
Le bourrin
Naissance d’un monstre
La place
Poème pour HIROSHIMA
Mère de la paisibilité
Subrepticement je m'éclipse
Impossible Agnosie
Monde réel
Hommage à Nietzsche
Vomissements
L’étudiante
L’impossible possible
Ma lavandière
Une île
En réponse…
Puta Vida

 

Texte d'introduction

Poème 6

GUAI: quatre lettres pour me mettre en tête la quête de la Planète
C'est ma conquête de tous ces cons qui guettent en vue de sa perte.
Alerte! sur ceux qui s'immiscent et s'unissent ça pu la pisse,
Alors PEACE, un peu de place a ceux d'en face c'est ça la classe.
Mais ces rapaces effacent cette farce et la refoulent
Telle une boule d'un jeu de quille, des billes, des boules.
De Bill à Bill débile je perds la boule,
Ceux qui nous roulent déboulent ça m'fout les boules.
Je soupire sur le pire de leur refus de partir,
J'ai haie tous ces satyres de martyres
Ou je devrais dire...... GUAI.

C'a eu payé! disait le roi des Co-Mickey,
Demain ce sera ce rat ce Roi des gros tickets.
De mes nasales, je sens la monnaie sale qui dévale
Que l'on ravale puis lave en l'aval sur la vallée de l'Helvia.
Ca va! le dictateur est à la hauteur il n'est pas con,
Compagnie fiduciaire fût sa compagne d'hier,
Et après la prière, le Monarque nargue et largue son argot:
Narco- Militaro- Pétro- and Co
Coco, écoute les causes des cries cuisants de tous ces enfants,
J'ai haie tous ces démons du F.M.I.
Mais c'est clair aussi...... GUAI.

La revue? L'as tu vue, l'as tu lue, l'as tu revue.
J'mets en revue tous ceux qui se ruent vers ce rêve de média-
Tic! j'astique tous ces loustiques, qui du politique au médiatique
S'excitent et grognent de leurs crocs une propa-gun.
Ma craie sonne ma rogne sur la Cresson,
Qui ferait mieux de rimer sur ses comparaisons.
C'est ni bon, c'est ni con, mais bon c'est con, c'est nippon;
De fausses raisons pour en dicter de faux dictons.
Donc je monte le ton car mon cortex corromp le faux comme il faut,
J'ai haie tous ces intox de l'info
Disons plutôt...... GUAI

GUAI: quatre mots qui m'équivaut au barbeau de l'impro,
J'suis au niveau du vautour et ça me vaut le tour du Globe,
Qui me gobe comme un globule qui m'englobe
Haine du global, pour la fierté du local. Alors
Look mon lob, je suis le colibri de la critique,
Je débite sur mes débris de bristol l'errance
Dont la cadence influence mon abondance de tolérance. Sonne
Mon cerveau foisonne de neurones qui bouillonnent
La haine résonne, mais je pardonne ceux qui déconnent.
GUAI tous ces cons que j'ai haie
Mais bon...... j'ai eu haie.