Introduction
Poème 2
Poème 6
Poème 12
Mon Hiroshima
Poème pour le maté
Imprévisiblement prévisible
Mon amphétamine
Hay dia sin, hay dia con
Le Plongeon
Mon Antares
Asi es
Je suis mort
L’histoire d’un pendu ép 1
Le bourrin
Naissance d’un monstre
La place
Poème pour HIROSHIMA
Mère de la paisibilité
Subrepticement je m'éclipse
Impossible Agnosie
Monde réel
Hommage à Nietzsche
Vomissements
L’étudiante
L’impossible possible
Ma lavandière
Une île
En réponse…
Puta Vida

 

Texte d'introduction

Les poèmes situés dans l'acte 1 sont en fait ceux qui furent publié dans mon premier ouvrage: Les Andes à dedo, la Liberté au bout du doigt

Poème 2

Après avoir effectué des kilomètres paraissant éternels,
Les épaules souffrantes par cette masse essentielle,
Les pieds usés par cette marche intemporelle,
Le cerveau vidé par ce destin solennel,
Le pousse lacé par son action informelle.
Et que de bolides structures
défiants le bitume à toute allure,
Aux chauffeurs immuablement fiers de cette monture
Ne donnent que pour preuve de leur vitesse actuelle
De vulgaires excuses gestuelles,
De vulgaires justifications directionnelles,
Ou plus vulgairement, une ignorance divinatoire
Qui, en sens inverse fait contradictoire,
Se résume par un geste de sympathie notoire.
A ces instants précis qui ne cessent,
La haine englobe alors toute une espèce:
L'Humanité dans toute son espèce.
Mais quand la lumière rouge écarlate
illumine harmonieusement l'asphalte,
Fait tellement rare qu'il nous épate,
La rage haineuse sue-cité
disparaît alors avec onctuosité,
Par le constat qu'un être de bonté,
A la charitable générosité,
Puisse sur cette route exister.